L/overs, la presse en parle.
Elle

ELLE Belgique, édition de Mars 2019

Elle détricote les paradoxes de la mode depuis vingt ans, dont seize à officier à la direction artistique d’Eric Bompard. Elle maîtrise le cachemire comme une langue maternelle, connaît chaque recoin de la Mongolie, a écumé les meilleures filatures du Sichuan. Lucille jongle avec la laine et les couleurs, elle a même inventé des mailles, une à l’envers, toujours au bon endroit. Intarissable à propos de cette matière noble et naturelle, la créatrice-entrepreneuse vient de lancer sa propre marque, un jeu de mots, un jeu de mains, elle tire le fil des défis de notre époque, avec une implication qui nous tient chaud.

Lire l’article

Le point

Le Point, édition du 14 février 2019

Retenez bien ce nom: L/overs, diminutif de leftovers («les restes», en anglais). Les matières premières sur le carreau qui ne sont pas utilisées par l’industrie, Lucille Léorat les récupère chez les fournisseurs des plus belles griffes pour les sublimer et leur offrir une seconde vie.

Après quinze ans passés à dessiner les collections d’Eric Bompard, la créatrice met désormais son expertise dans le cachemire au service de sa start-up. Une initiative dans l’air du temps, où rien ne se perd et tout se transforme.

Lire l’article

MENU